Quand faut-il se peser ?

Connaître précisément son poids du jour est une des questions qui préoccupe de nombreuses personnes. C’est effectivement une information intéressante car elle permet de savoir, entre autres, trois choses :

  • son poids, c’est-à-dire des variations depuis la dernière pesée ;
  • l’effet produit par les aliments ingérés la veille ;
  • comment il convient de rectifier et d’adapter son menu du jour.

Des spécialistes de la perte de poids ont cependant remarqué que certaines personnes étaient devenues obsédées par le pèse-personne et que cet état psychologique de tension avait tendance à produire l’effet contraire, à savoir à favoriser la prise de poids. En conséquence, ils ont préconisé de pas se peser trop souvent, une fois par semaine suffisant bien largement à leur avis.

Certes, ils n’ont pas tout à fait tort dans la mesure où ils tentent de rassurer leurs patients en essayant de les libérer de leur obsession.

Cependant, en adoptant cette attitude qui semble à première vue très sage et très mesurée, ils se trompent lourdement et confondent deux questions en inversant tout simplement la cause avec un des signes qui la révèle.

Pour prendre une comparaison plus explicite, arrêtons-nous un instant sur la météo qu’aujourd’hui tout le monde connaît.

Savoir le matin qu’il risque de pleuvoir dans la journée, incite seulement à se munir d’un parapluie. Si au contraire on annonce qu’il va faire chaud, on pourra se vêtir plus légèrement. Dans tout les cas, le bulletin météo n’est absolument pas responsable du temps qu’il va faire mais donne simplement une information prédictive qui, aujourd’hui, se trouve juste la plupart du temps. Se mettre en colère contre le bulletin météo parce qu’il va pleuvoir ou, au contraire se réjouir parce que la journée sera ensoleillée, ne sert strictement à rien et n’aura aucune influence sur le temps.

Il en est de même avec le pèse-personne. Si vous vous êtes bourré de pommes de terre frites la veille et si le pèse personne accuse le lendemain matin un kilogramme de plus, l’instrument de mesures n’est en aucune façon responsable de ce que vous avez mangé.

Ne mélangeons donc pas les problèmes : si vous êtes victime d’une tension psychologique qui vous empêche de monter sur le pèse-personne, traitez-là d’abord afin de la réduire jusqu’à ce que la connaissance de votre poids ne provoque plus en vous de bouleversement émotionnels et redevienne l’indication objective qu’elle a toujours été. Ce faisant, vous agirez certainement sur les causes réelles et profondes du dérèglement que vous cherchez à combattre (qui n’ont d’ailleurs parfois rien à voir avec le poids !), après quoi il ne vous restera plus qu’à appliquer quelques principes simples pour retrouver très rapidement le poids qui vous convient.

Pour les autres, ceux dont les renseignements fournis par le pèse personne ne sont que des informations (à peu près justes mais ne demandez pas non plus à cet instrument la précision de la balance Roberval !), l’information fournie peut être pleine d’enseignements.

Ce n’est d’ailleurs pas le poids global qui est le plus intéressant contrairement à ce qu’on pourrait croire mais la variation de poids depuis la veille car on peut la relier à ce qu’on vient de manger et dont on se souvient encore facilement (mais attention à l’inconscient qui s’amusera justement à vous faire oublier ce qui vous aura fait grossir). Jour après jour, ces observations vous permettront de découvrir quels sont les aliments qui vous conviennent le mieux ainsi que les conditions d’alimentation à éviter.

Mais aussi, vous pourrez agir et rester maître de la situation (au lieu de demeurer passif) et décider de modifier ou non votre menu du jour et dans quel sens.

Se peser tous les matins en se levant (ou à peu près : ne soyons pas obsessionnels !) est donc pour moi une excellente occasion d’apprendre des choses qu’on ne soupçonnait pas et de regarder la réalité en face. De plus, cela nous aide à garder le regard tendu vers un objectif sans pour autant se mettre dans un état préjudiciable.

Ma suggestion est donc bien de se peser tous les jours mais de regarder l’information fournie comme on regarde celle donnée par le bulletin météo en se disant simplement : « Tiens, il va faire beau aujourd’hui » ou alors : « il va pleuvoir » mais de ne pas s’en sentir affecté pour autant.

Grâce à cette attitude, soyez certain que vous allez peu à peu trouver ce qui vous convient le mieux.