Chacun son truc

VU Á LA TÉLÉ

Récemment, sur une grande chaîne de télévision Russe (mais elle aurait pu être Américaine, Allemande, Anglaise, Française… ou appartenant à n’importe quel pays) on disait que pour maigrir il suffisait de faire de petits repas, de préférence à de gros, et cesser de manger trois heures avant de se mettre au lit.

Comme ma lectrice y croyait dur comme fer, je me suis lancé dans des recherches, espérant trouver la preuve scientifique de cette méthode.

 

DÉCEPTION

Malheureusement, je n’ai rien pu trouver qui aille dans ce sens. D’abord, on parlait assez peu des heures de repas d’une manière générale et, ensuite, il semblait bien que le fait d’aller au lit après avoir mangé avait relativement peu d’importance. Au contraire même : il est plutôt recommandé de se reposer après un repas, surtout s’il est abondant !

En effet, la digestion consomme entre 25 % et 50 % de notre énergie et donc, il vaut mieux ne pas trop s’agiter après avoir mangé. C’est du reste pour cela qu’on a inventé la sieste ! C’est aussi à cause de cela qu’on n’a jamais vu un sportif faire un repas copieux (et même un repas tout court) avant de réaliser des performances. Yannick Noah allait même jusqu’à jeuner depuis la veille. Quant à la troisième mi-temps, elle a lieu après un  match, pas avant.

 

RÉPARATIONS AUTOMATIQUES 

Selon Bernard Clavière1, qui ne fait qu’un repas par jour le soir (et ce, depuis trente ans au moins), tout en menant une vie très active (il est un joueur de tennis réputé notamment), pense lui que quand le corps a fini de digérer, il consacre l’énergie devenue disponible pour réparer les cellules malades (ou les humeurs du corps). Le petit déjeuner devient ainsi le plus mauvais repas de la journée puisqu’il vient interrompre ce processus.

 

MANGER SIX FOIS PAR JOUR

Quant aux petits repas plus nombreux, ils risquent d’être composés de biscuits, sandwichs, pâtisseries et autres sucreries et céréales. Autant dire qu’on multiplie ainsi les occasions de grossir : quand on a pour but de maigrir, c’est raté !

Les informations diffusées par la télévision Russe ont donc toutes les chances d’appartenir au domaine de la croyance pure et simple, c’est-à-dire de n’avoir aucun fondement objectif. Á noter que cette croyance est aussi très répandue en France et… partout ailleurs !

 

UN COPIEUX PETIT DÉJEUNER FAIT MAIGRIR

Voilà d’autres propos entendus sur toutes les radios, télévisions, et vus dans les journaux, livres de régime… du monde entier. Á tel point que j’y ai cru moi-même pendant longtemps tellement cela était affirmé avec assurance par des soi disant spécialistes reconnus. Des scientifiques américains ont pourtant voulu en avoir le cœur net.

Á l’université d’Alabama, des chercheurs ont donc invité 309 adultes en surpoids à effectuer une expérience. Ils les ont divisés en deux groupes d’égale importance. L’un devait sauter le petit déjeuner, l’autre devait le prendre normalement. Au bout de 16 semaines, les chercheurs n’ont constaté aucune différence significative entre les deux groupes.

Donc, prendre ou non son petit déjeuner n’a aucune espèce d’importance contrairement aux bruits de couloir. Pas plus que de sauter un repas d’ailleurs (la légende qui veut qu’on mange deux fois plus au repas suivant est entièrement fausse).

 

LA FORCE DES CROYANCES

J’ai pourtant rencontré un médecin qui m’a soutenu mordicus que le petit déjeuner était le repas le plus important de la journée car tous les matins nous étions en hypoglycémie ! On voit mal, dans ces conditions comment des personnes pourraient jeûner pendant une durée de quarante ou cinquante joursde suite. Cela montre bien que la formation des médecins en matière d’alimentation est inexistante, mis à part les 6 % de praticiens qui poursuivent des études complémentaires.

Quant au petit café du matin, il amène la naturopathe Irène Grosjean3 à s’étonner : « Pourquoi, se dit-elle, aurions-nous besoin d’un excitant pour commencer la journée alors que nous venons juste de dormir ? ».

Le fait a donc toutes les chances d’être culturel : si nous étions nés au Japon nous prendrions sans doute une tasse de thé vert et en Thaïlande nous commencerions peut-être la journée avec une brochette d’insectes. Ou rien du tout comme une grand partie des Français. Pour les américains incités à manger des céréales et à prendre un solide petit déjeuner, on voit le résultat : 60 % de la population est en surpoids ou obèse.

 

BESOIN DE TEMPS

Par contre, nous avons peut-être tout simplement besoin d’un peu de temps au réveil selon notre caractère. Comme nous l’avons tous remarqué, certaines personnes se lèvent facilement à 6 heures du matin et sont immédiatement débordantes d’activité. Par contre à 22 heures elles sont déjà au lit. D’autres, au contraire, ont bien du mal à se lever tôt et restent « comateuses » pendant un bon moment. Par contre, à minuit elles sont encore devant l’ordinateur et ont bien du mal à aller au lit.

Il n’est pas exclu que ce dont ont besoin les personnes de la seconde catégorie soit d’un peu de temps (et non pas de café) pour se réveiller.

 

NUTRITION CHINOISE

Il faudrait encore ajouter l’approche chinoise de l’alimentation qui est très différente de la naturopathie (par exemple) et tient beaucoup compte de l’énergie (donc des horaires de repas). Plus toutes les autres approche…. Qui détient la vérité ? Pas moi en tous cas. Je donne simplement des informations qui me semblent pertinentes et en général à la pointe de la recherche même si elles sont souvent iconoclastes, c’est tout. Ensuite, c’est à chacun de trouver ce qui lui convient.

 

CHACUN FAIT CE QU’IL VEUT

Plutôt que de vouloir imposer une vérité universelle (qui finalement ne convient à personne), ne vaudrait-il donc pas mieux respecter le rythme et les besoins de chacun ? Certes, nous sommes bien tous semblables mais aussi tous différents : ne l’oublions pas ! Le but est alors de manger ce qui convient à notre organisme et de ne pas le surcharger avec un excès d’alimentation qui engorgerait et fragiliserait notre terrain, faisant ainsi le lit à toutes sortes de maladies4 ? C’est tout !

En fait, chacun suit son rythme en fonction de son caractère  et fait ce qu’il veut comme il le sent.

Bonne route !

 

 

 

Jean-Michel DESMARAIS

Nutri-analyste

CIMG0007

 

 

1 – CLAVIÈRE (Bernard), Et si on s’arrêtait un peu de manger… de temps en temps, Gironde sur Dropt, Nature et Partage, 2008.

2 – BOUDREAU (Nicole), Jeûner pour sa santé, Québec, Quebecor, 2006.

3 – https://www.youtube.com/watch?v=dfVO0UJaAoA

4 – WANSINK (Pr Brian), Conditionnés pour trop manger, Vergèze, Thierry Souccar Éditions, 2006.

 

 

 

 

Credit photo : image ID : 18840582 – 123RF