Tabagisme et surpoids = même combat

MÊME COMBAT

Un député Américain de New-York1(M. Karim Camara) demande que, sur les boissons, il soit inscrit le même type de message que sur les paquets de cigarette. En effet, et c’est maintenant une certitude maintes fois prouvée par des études scientifiques, le sucre est une drogue et une des causes essentielles du surpoids et de l’obésité. Également par la même occasion la cause (ou pour le moins un facteur aggravant) de nombreuses maladies graves qu’on appelle pudiquement : « maladies de civilisation » que sont le cancer, la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, la sclérose en plaques, le diabète… Source de décès aussi puisque, tous les ans, des centaines de milliers de personnes décèdent des suites de la « malbouffe » qui est en majorité de la nourriture industrielle ou des produits en provenance des restaurants fast food.

Les consommateurs de boissons sucrées courant donc les même dangers que les fumeurs de cigarettes et il a semblé normal à M. Camara de les avertir de la même façon.

PREMIÈRE RÉACTION : LE DÉNI

Face au sucre (et à toutes les turpitudes du secteur agroalimentaire), la première réaction des responsables, est de nier en bloc toute implication. Comme les fabricants de cigarettes qui n’ont pas hésité à aller jusqu’à se parjurer devant le Congrès Américain. Heureusement, leur crime a été découvert et ils ont été condamnés !

Aujourd’hui, prétendre que le tabac n’a aucun rôle dans le cancer du poumon serait en effet le signe de la plus grande ignorance.

MANQUE DE PREUVES

La deuxième ligne de défense, consiste à prétendre qu’il n’existe pas de preuves scientifique quant au lien entre les aliments (si on  peut toutefois appeler cela comme ça !) incriminés et les diverses conséquences délétères constatées. Tous les prétextes sont bons pour disqualifier les études qui apportent les preuve des faits mais, en attendant une réaction justifiée, cela laisse planer un doute… qui,financièrement, profite aux fauteurs de maladies ou d’addiction.

QUESTION DE QUANTITÉ

Du bout des lèvres, quant ils sont acculés le dos au mur, les responsables finissent par reconnaître que, effectivement, quand leur produit est consommé en trop grande quantité, il peut provoquer certains troubles. On remarquera que, selon eux, rien n’est certain et que les légers troubles (on notera l’euphémisme !) ne peuvent provenir que d’une consommation exagérée.

Ainsi, après que le journaliste américain Morgan Spurlock2 eut prouvé incontestablement que manger au McDo provoquait automatiquement non seulement un surpoids ainsi que de très sérieux problèmes de foie, que croyez-vous qu’ait fait la société McDonald ? Eh bien, faisant preuve de la plus extrême perversité, elle a tout simplement projeté le film de Spurlock  devant ses employés en disant que cela pouvait effectivement arriver mais très rarement, quand manifestement on exagérait vraiment trop, mais que cela ne concernait pas leurs clients qui ne se rendaient que rarement dans leurs restaurants parce que la nourriture y était bonne et l’ambiance chaleureuse ! Ce qui, bien entendu, est entièrement faux. En fait, les américains mangent en moyenne trois fois par semaine au fast-food (ce qui veut dire que certains y mangent davantage !) et que si les gens vont dans ce type de restaurants, ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’ils sont pauvres et qu’ils n’ont pas le temps de préparer un repas chez eux.

CONVIVIALITÉ

On sort ensuite le gros argument (qu’on croît infaillible) de la convivialité. « Chez McDo, on s’amuse, il y a des jouets, tout le monde est gentil, on RENCONTRE les copains, c’est super sympa ! ». Et on en profite pour y traîner les parents ou les grand-parents. Ce sont les enfants qui sont prescripteurs et les fast-food ainsi que les marchands de sodas ont réussi une excellente manipulation,.

En effet, en axant leur publicité ainsi que leur présentation sur les goûts des enfants, ça marche !

Autrement dit, si vous voulez être de bons parents ou de bons grand-parents, il vous faut accepter de vous gaver de hamburgers et de frites et donc de mettre à mal votre santé.

Á mon avis, mieux vaut accepter être de mauvais parents ou de mauvais grands-parents que de voir ses enfants ou petit-enfants se faire détruire la santé merveilleuse que la Nature vient juste de leurs donner, par des industriels cupides et sans scrupules.

C’EST Á VOUS CONSOMMATEUR DE FAIRE ATTENTION

Quand aucun des moyens énumérés ci-dessus n’a fait mouche, on sort la grosse artillerie en utilisant un argument éculé qui déclenche à tous les coups la culpabilité chez l’interlocuteur : c’est au consommateur de faire attention !

C’est une chanson qu’on connaît bien et qui consiste à dire : « Vous dites que je vends des produits dangereux mais, finalement, c’est à vous d’en consommer le moins possible (mais un petit peu quand même afin que je fasse de l’argent) ».

La culpabilité, dont nous sommes tous amplement pourvus et qui a été utilisée à satiété par la famille, l’école, la religion (quelle qu’elle soit) et la société d’une manière générale, fait en sorte que la responsabilité change de camp : ce ne serait plus le producteur ou le vendeur responsables mais le consommateur ! On atteint là le summum de la perversité !

Il est alors urgent et primordial de remettre les choses à leur place. Et surtout de ne se sentir en rien coupable ! Donc, si on tente de vous raconter de telles balivernes, vous pouvez, en toute tranquillité, garder le cœur léger : ce n’est pas votre problème et vous n’êtes pour rien dans cette sinistre affaire.

UNE ADDICTION COMME UNE AUTRE

Il en est donc avec le sucre et la nourriture comme avec n’importe quelle drogue (tabac,  cocaïne, morphine, héroïne…) et si nous avons du mal à nous passer d’un morceau de sucre ou de quelques gâteaux, mieux vaut voir un spécialiste de la désintoxication qui saura vous indiquer la MEILLEURE VOIE et vous accompagner le temps que vous redeveniez libre.

Attention, aux dernières nouvelles, on s‘est aperçu que les enfants qu’on qualifiait de « difficiles » étaient la plupart du temps simplement des enfants qui absorbaient trop de sucre (sodas, céréales…). Il suffit alors de remplacer ces produits toxiques par des légumes et des jus de fruit (dans le cas où les enfants auraient perdu le goût de l’eau et la refuseraient) pour que tout rentre dans l’ordre en quinze jours.

Tchin,tchin !

1 – http://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-maladies/le-diabete/sodas-et-boissons-sucrees-sont-ils-les-nouvelles-cigarettes.html

2 – http://fr.wikipedia.org/wiki/Morgan_Spurlock

Credit photo : 123RF, ID image 17853293