Spiruline

Spirulinei

Il y a plus de trois milliards et demi d’années, sont apparues sur la Terre les cyanobactéries, première forme de vie, dont une sorte d’algue bleue, la spiruline, est toujours présente aujourd’hui. Le plus étonnant, c’est que ces créatures primitives, ces fossiles vivants longs d’un demi-millimètre à peine, ont prouvé qu’ils pouvaient résister au plus hostile des environnements.

Quant à l’histoire, la spiruline, consommée déjà par l’homme des cavernes, aliment royal dans de nombreuses civilisations, pourrait être la manne que décrit la Bible. Les Aztèques, eux, avaient déjà bien compris l’intérêt nutritif de cette algue qui constituait leur principale source de protéines. Ceci bien sûr n’est qu’un raccourci car la spiruline a été présente dans le monde entier.

En quoi sommes-nous concernés ? Sur de nombreux plans.

Aujourd’hui, la spiruline est produite dans de nombreux pays du monde et notamment par des organismes à but non-lucratif dont l’objectif est de lutter contre la sous-alimentation dans les pays pauvres : la spiruline pourrait ainsi sauver l’humanité de la famine et venir facilement en aide à’une population en pleine expansion.

Il serait trop long de tout vous raconter. Sachez simplement que trois cuillers à soupe de spiruline contiennent autant de :

  • Protéines que 500g de steak ;
  • calcium que trois verres de lait ;
  • fer que trois bols d’épinards ;
  • beta-carotène que dix-huit carottes ;
  • vitamine E que trois cuiller à soupe de germe de blé cru ;
  • potassium que trois bols de riz ;
  • acide gamma-linoléique que le lait maternel ;

Ce qui me semble très important, c’est que la spiruline contient tous les acides aminés essentiels dont nous avons besoin tous les jours car le corps ne sait pas les synthétiser. Ceux-ci, habituellement nous sont apportés par des produits animaux, ce qui rend le régime végétarien problématique. Je sais qu’on dit que pour compenser leur absence dans les végétaux, il suffit de manger en même temps des céréales et des légumineuses. Certes, de cette manière ils sont tous là mais pas toujours, hélas, dans les bonnes proportions ce qui, en fonction du « facteur limitant » bien connu des biologistes, provoque des carences. De plus, les céréales ainsi que les légumineuses contiennent de l’amidon, c’est-à-dire du glucose qui, lui, est tout à fait contre-indiqué quand on veut perdre du poids.

Avec la spiruline (et les algues d’une manière générale), on n’a pas ce problème. Elle est donc un moyen efficace de se procurer des protéines  maigres (ce qui est loin d’être le cas des viandes d’élevage qui contiennent jusqu’à 24% de matière grasse, plus des tas de produits chimiques et d’antibiotiques. Comme, en plus, les animaux ont été gavés de céréales – dans le meilleur des cas, je n’ose pas vous parler du pire – nous ingurgitons de nouveau une dose de produits chimiques et d’antibiotiques par viande interposée. Sans parler des problèmes causés par les céréales. Quant au poisson, vous êtes au courant de la surpêche et des espèces en voie de disparition).

Autre avantage : alors que les protéines animales (et la nourriture moderne en général) est trop acidifiante, la spiruline, elle, est alcalinisante.

Parlons enfin de productivité. Il n’est pas inintéressant de savoir que la spiruline produit en moyenne 50.000 kg de protéines à l’hectare et que son rendement est vingt fois supérieur à celui du soja, soixante fois à celui du blé et trois cents fois à celui du bœuf (oui, trois cents fois, vous avez bien lu). Quant au terrain, elle se plaît dans les déserts arides et demande cinq fois moins d’eau que le riz. C’est-à-dire, sur des terres peu cultivables dont personne ne veut.

Autrement dit, avec la spiruline (et les algues), on pourrait avoir trouvé la solution à de nombreux problèmes d’alimentation tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Le pire, c’est que cette solution a toujours été connue des hommes et date juste de … trois milliard et demi n’années.

Ce qui confirme bien, une fois de plus, la sagesse du proverbe africain : « Quand tu ne sais pas où tu vas, regarde au moins d’où tu viens»»

Pour tout savoir sur la spiruline, il existe un livre très bien fait et fort bien documenté du Docteur Jean-Louis Vidalo* ainsi qu’un site Internet (il en existe plusieurs) avec une interview que je vous conseille d’écouter, du susdit docteur**.

Pour finir sur une bonne nouvelle pour celles et ceux qui veulent perdre du poids intelligemment et sans se priver : ils peuvent se faire des menus à base de spiruline, de légumes et de fruits crus (sans amidon évidemment). En prime, il paraît qu’on rajeunit de dix ans. C’est du moins ce que disent Leslie et Susannah Kenton***.

Chiche, on essaye ?

Cordialement.

 

 

 

* http://www.amazon.fr/Spiruline-Lalgue-bleue-santé-prévention/dp/2716313725/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368363213&sr=1-1&keywords=vidalo

 

** http://www.toutestbleu.com/5.html

 

*** http://www.amazon.fr/Lénergie-cru-Mettez-votre-assiette/dp/2883533210/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1368363713&sr=1-1&keywords=kenton

 

 

Crédit photo : <a href=’http://fr.123rf.com/photo_21642307_small-bowl-of-hawaiian-spirulina-powder-against-a-ceramic-tile-background.html’>pixelsaway / 123RF Banque d’images</a>

Laisser un commentaire